Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Centre d'Information sur les Droits
des Femmes et des Familles
du Vaucluse

Au début, il était un prince !!! Notre histoire était jolie, il était gentil ; il était taquin. Susceptible, je répondais à ses mesquineries, qui finissaient, à la longue par m'agacer ; puis ses taquineries sont devenues des remarques : j'étais le moins il était le plus !!! J’étais la moins que rien, il était à la hauteur de tout. Pourquoi ça ???
Je suis agréable, gentille et aimante. Je suis là pour lui, suis rassurante, je n’aime que lui et je lui dit.

Un jour, il m'a giflé... J'ai été choquée, puis je me suis renfermée. Il revenait, tout doux, me disant m’aimer ; Il ne s'excusait jamais de ses actes, il n’en parlait pas.
Après les gifles, les coups de pieds, puis les cheveux, il les tirait si fort, à me les arracher. Le prince devenait un monstre : violent et pervers ; Pourquoi ?

Au début je me défendais. Je finissais en pleurs, épuisée de me battre. Je ne parvenais pas à mettre fin à notre histoire. Je n'arrivais pas à le détester, j'avais mal, une grosse boule dans la poitrine, dans la gorge, mais je ne me décidais pas à partir. En pleurs je restais à ses coté, docile et impuissante.

On est resté ensemble 2 ans et je suis partie 7 mois parce que j'en pouvais plus et quand je suis revenue, j’ai supporté ses écarts ; Parfois j'espérais qu'il change. Il y avait des moments biens de temps en temps.

Puis le monstre revenait, quelquefois, souvent, très souvent : pourquoi moi ?
Qu’est ce que j’ai fait de mal, Je fais tout comme il veut : les repas, le ménage, les courses. Quoi d’autres encore. Tout était prétexte à le mettre dans un mauvais état ; Il sort, il rentre tard, je reste seule, et je ne dis rien. Parfois j’ai envie de le tuer : j’ai peur et je ne savais pas comment faire pour m’en sortir et toute seule, c’était impossible. Il m’a coupé de mon entourage : mes amies et mes voisins.

Si j’avais eu un frère, sans doute aurait il arrêté tout cela. J’aurais pu me blottir dans ses bras et lui dire que j’avais mal. Sans doute m’aurait-il aidé ? Mais je suis seule et impuissante.

La première fois qu’il m’a donné une gifle, j’en avais parlé à ma meilleure amie, c'est elle qui elle l’a appelé. Ils se sont disputés. Elle m'a logé 7 mois mais elle était aussi harcelée, menacée : je suis partie de chez elle et je suis retournée chez lui, pour que cela cesse.

Il me punissait d’être partie. Il me violait, il se vidait en moi comme une bombe.  Moi, je ne savais plus à qui parler, j’étais terrorisée.

Les violences étaient de pire en pire jusqu’au jour où il m’a donné un coup de poing en plein visage, j’étais défigurée et je souffrais : pourquoi ça !!! Putain, j’ai des tas de gros mots qui ne sortent pas de ma bouche et ça me paralyse.

J’étais vraiment très mal, je déprimai,  je pleurai sans cesse, j’avais les machoires serrées,  je me suis dit « un jour, je vais me suicider ».

J’ai cherché sur internet, aidez-moi victime violences conjugales et ma ville, et je suis tombée sur le cidff. J’en ai cherché un près de chez moi. J’ai appelé, et j’ai rencontré une personne compréhensive qui m’a de suite réconforté, conseillé. Ca m'a soulagée le coeur et je me suis dit qu'il y avait un espoir : pas qu'il change, mais que je sorte de cet enfer. J’en ai parlé aux femmes autour et visiblement, je ne suis pas la seule : c’est affreux.
Ca fait 1 an et demie que je suis partie : un jour, je me suis trainée au Urgences (je vous passe les détails de ses actes) j'ai déposé ensuite une main courante, suis retournée chez mon amie (compréhensive). Elle m'a accompagnée lorsque j'ai portée plainte : il ne devait plus s'approcher de moi.

Ca dure encore, il me menace, il crie, il hurle qu'il m'aime, mais je refuse d'être physiquement près de lui, j'ai peur des coups !!! Je ne suis jamais seule. J'ai retrouvé quelques amis hommes, qui savent s'imposer quand il faut.
L'autre a un peu peur. Un jour il finira par lâcher l'affaire;

Soyez entourées, ne restez pas seule. Parlez, les filles du CIDFF ont su me rassurer, et me donner la direction à prendre et les solutions pour m'en sortir; Merci à tous et toutes celles qui m'aident !!!

Informations site internet

Nous avons 746 invités et aucun membre en ligne